le_coffre

Synopsis

Cela fait un an que Guy est infiltré au sein de cette secte, un culte secret visant à faire revenir Janus, le dieu romain, sur Terre. Le jour où le rituel final a lieu, rien ne se passe comme prévu et tout se finit dans un bain de sang.
Trois ans plus tard, Guy a quitté la brigade. Rongé par les remords et la dépression, il trouve du réconfort auprès de Sarah, sa marraine des Alcooliques Anonymes. Jusqu’au jour où il reçoit un curieux colis sur le pas de sa porte : un petit coffre-fort, gravé aux symboles de Janus.
Et ces enlèvement de bébés dans la région semblent bien avoir un rapport avec son passé.

Oserez-vous ouvrir Le Coffre ?

 

Mon Avis

Le coffre est un excellent premier roman. Il s’agit d’un Thriller très sombre et violent a souhaits ! Qui joue parfaitement sur les ambiances glauques des sectes et du nouvel ordre mondial.

Le personnage principal, Guy ancien agent de brigade spéciale, qui se retrouve sans emploi et sans vie tout court suite a une infiltration dans les milieux sectaire qui a très mal tourné, tente de survivre et de mener une enquête aidé de Sarah, sa marraine aux alcooliques anonymes. Ce thriller est un vrai page turner on veut toujours en savoir plus et avancer dans l’histoire. La construction de la partie policière de ce livre me fait pas mal penser aux livres de Franck Thilliez  et ce duo a quelques faux airs de Sharko/ Hennebelle (même si ici un seul des deux protagonistes est policier).

En plus de l’aspect thriller Policier on retrouve également quelques éléments de fantastique/Sf dans la quête onirique et spirituelle de Janus qui sont pas mal réussi également.

Ce livre secoue, il pue la mort et le sang,  on est embrigadé avec les personnages, ballottés dans tous les sens comme dans une lessiveuse et on passe un très bon moments.

S’agissant d’un premier livre évidemment, tout n’est pas parfait, dans la partie Fantastique/SF certains petits éléments peuvent parfois être un peu trop gros pour passer, et dans l’ensemble quelques tournures de phrases auraient pu être un peu mieux réussi, mais pour un premier roman auto-édité on passe rarement un aussi bon moment.

Tout ce qu’on peut souhaiter c’est lire le prochain romain, et espérer que la progression continuera et qu’une bonne maison d’édition donnera sa chance à cet auteur qui le mérite.