couv38942145

L’histoire

PARFOIS, LE MAL PREND LE VISAGE DU BIEN.

Le corps martyrisé d’un garçon de onze ans est retrouvé dans le parc de Flint City. Témoins et empreintes digitales désignent aussitôt le coupable : Terry Maitland, l’un des habitants les plus respectés de la ville, entraîneur de l’équipe locale de baseball, professeur d’anglais, marié et père de deux fillettes. Et les résultats des analyses ADN ne laissent aucune place au doute.

Pourtant, malgré l’évidence, Terry Maitland affirme qu’il est innocent.

Et si c’était vrai ?

Mon Avis

En préambule de cette chronique je rappellerais comme souvent avec King que c’est un auteur que j’adore et que je lis depuis ma tendre enfance et que donc je ne suis pas toujours impartial avec lui. De plus j’ajouterais que il n’est pas totalement inintéressant de lire la saga Hodges avant ce roman ( je n’en dirais pas plus pour éviter les spoilers).

Tout commence par un fait divers sordide, un jeune enfant est retrouvé violé et mutilé dans une petite ville des états-unis, et tous les éléments accusent le professeur le plus apprécié de la ville qui est également l’entraîneur de base-ball de la ville en question. bref l’homme parfait pour un américain moyen, tout l’accuse donc empreintes digitales, témoins,etc…. sauf que c jour la à cette heure la il était ailleurs, il rencontrait l’auteur Harlan Coben a une séance de dédicaces et de questions réponses. La question qui se pose est qui a tué ce garçon? Comment son ADN a pu arriver la?

Le roman est très vivant et prenant, et il se divise en deux parties la première est plus un roman policier standard avec l’enquête, les dépositions, les analyses, et la seconde lorgne plus vers le fantastique.

Dans ce roman on retrouve largement le King des débuts, plus percutant, plus sombre, on est a mi chemin entre la sage Bill Hodges, et les premiers romans de la trempe de CA/Le Fléau… Il fait sans cesse des clins d’œils littéraires également, Bref une franche réussite !