couv51751237
L’histoire
La villa est magnifique, l’été brûlant, la Méditerranée toute proche. Cécile a dix-sept ans. Elle ne connaît de l’amour que des baisers, des rendez-vous, des lassitudes. Pas pour longtemps. Son père, veuf, est un adepte joyeux des liaisons passagères et sans importance. Ils s’amusent, ils n’ont besoin de personne, ils sont heureux.

La visite d’une femme de coeur, intelligente et calme, vient troubler ce délicieux désordre. Comment écarter la menace ? Dans la pinède embrasée, un jeu cruel se prépare.

C’était l’été 1954. On entendait pour la première fois la voix sèche et rapide d’un  » charmant petit monstre  » qui allait faire scandale. la deuxième moitié du XXe siècle commençait. Elle serait à l’image de cette adolescente déchirée entre le remords et le culte du plaisir.

Mon Avis
Il s’agit d’un récit de tranche de vie ou se mêle amours, plaisirs et machinations. Le récit est très bien construit et l’écriture vraiment fluide. Le problème que j’ai rencontre est le suivant, si cette histoire pouvait paraître subversif en 1954, à l’heure actuelle il est d’une banalité sans nom..
On est en présence d’une grande écrivain si la forme y est, je bloque avec le fond qui est plus l’histoire de querelles amoureuses et de petites espiègleries plus digne de séries tv ou petit téléfilm que d’un vrai roman digne de ce nom. Attention je n’ai pas pour autant passé un mauvais moment, c’est bien raconté, cela se lit très vite, un bon roman de plage en somme, vite lu, vite oublié.
Toutefois si je dois en garder quelque chose cela sera juste une apologie du plaisir et de la vie de débauche qui doit prendre le pas sur la vie bien rangée et calme du commun des mortels.