couv47581221

L’histoire

Victor Mancini, obsédé sexuel et fils modèle, est ruiné par l’hospitalisation de sa mère, atteinte de la maladie d’Alzheimer. Pour faire face à ses dépenses, il met au point un stratagème extravagant : faire mine de s’asphyxier avec la nourriture en dînant dans des restaurants chic et gagner la compassion d’une clientèle de luxe.

Entre deux crises d’étouffement au caviar, Victor travaille comme figurant dans un parc à thème historique et participe à des séances de thérapie collective pour drogués du sexe incurables. Mais c’est au chevet de sa mère qu’il retrouve intacte la folie galopante qui a ravagé son enfance.

Derrière le délire sénile de cette vieille dame indigne, parviendra-t-il à percer à jour l’hallucinant secret de ses origines ?

Une Amérique schizophrène est la toile de fond de cette tragi-comédie brillante et féroce, où Palahniuk s’affirme au croisement de John Kennedy Toole et de Bret Easton Ellis.

Mon Avis

Je débute Chuck Palahniuk avec ce roman, même si j’ai l’impression de le connaître déja depuis des années, étant un grand fan du film Fight Club qui vient d’un de ces autres romans.

On retrouve un peu le côté un peu fou, pessimiste, corrosif et autres qu’on pouvait voir dans la narration du film Fight Club ( du coup je suppose que dans le livre c’est le cas également).

L’histoire part un peu dans tous les sens, elle nous parle de Victor Mancini, sexoolique notoire, qui travaille dans une colonie qui fait revivre le passé, qui a une vie amoureuse/sexuelle très chaotique, une mère proche de la mort et pas vraiment de but dans la vie à part celui de végéter et de gagner assez d’argent pour vivre ou survivre.

Décrit comme tel cela pourrait paraître rédhibitoire mais la plume de Palahniuk est tellement acerbe, ces digressions sont tellement excellente que la lecture est vraiment agréable on a vraiment l’impression d’être dans un ovni littéraire que l’on est plus intéressé par comment cela sera raconté que par ce qui va vraiment arriver aux personnages.

Le seul bémol peut-être c’est que je le déconseillerais peut-être aux gens trop terre à terre ( Merci bien ce n’est pas mon cas) car ça part vraiment dans tous les sens par moment et ça pourrait perdre quelques lecteurs sur la route.

Un bon moment de lecture donc ;).