Bonjour à tous ! je tenais avant de commencer cette chronique vous dire que c’est ma première chronique après une très longue période donc soyez indulgent si j’ai quelque peu perdu la main ;). Merci de continuer a me suivre pour ceux qui l’ont fait :).

couv69106892

L’histoire

Seth Ballahan, rédacteur en chef d’un quotidien américain, apprend que Mickaël Wong, l’un de se collaborateurs, est piégé en Corée Du Nord. Face à l’absence de réaction de sa hiérarchie, Ballahan décide de secourir le jeune journaliste. Dans Pyongyang, la capitale fantôme ou les hommes ne sont que des ombres, il cherche de l’aide auprès de Suzan, une soit disant correspondante d’O.N.G Canadienne.

Au même moment, l’inconcevable se produit dans ce pays ultra-surveillé, une série de cadavres atrocement mutilés révèle l’existence d’un tueur obsessionnel. Le Lieutenant Park Dong Soo, brillant militaire Nord-Coréen est chargé de l’enquête.

A l’issue d’un parcours terrorisant, tous vont se retrouver en un lieu oublié, celui qu’annonce l’évangile des Ténèbres.

 

Mon Avis

Il s’agit de mon premier livre de Jean-Luc Bizien, étant un lecteur récurrent de Maxime Chattam, quand j’ai vu que celui-ci conseillait la lecture de ce roman je n’ai pas hésité à le faire (oui, les bandeaux cela marche encore sur certains lecteurs).

Dans ce roman, l’auteur nous plonge dans un pays totalement inconnue car son action se déroule majoritairement en Corée du Nord. Je classerais ce livre en Thriller avec quelques touches d’espionnage(vu le secret de ce pays c’était inévitable).

Les personnages sont bien construits (qu’ils soient américains ou coréens d’ailleurs) on sait ce qu’on doit savoir d’eux sans non plus en dire trop de ce fait on évite des descriptions trop fastidieuses.

En ce qui concerne la trame de l’histoire, on suit deux affaires en parallèle la recherche d’un américain piégé en Corée et une enquête criminelle au sujet d’un tueur en série réalisant ses méfaits dans ce pays également. Je dirais que l’enquête est bien faite mais qu’on ne connait pas suffisamment les motifs qui poussent ce serial Killer à tuer même si on le devine mais cela aurait pu ou du être un petit peu plus mis en avant.

Pour la descriptions des lieux, de l’atmosphère du pays, cela donne très bien, mais c’est très difficile de dire si c’est conforme à la réalité ou pas du tout vu le peu d’infos dont on dispose de la Corée dans la vraie vie.

Le livre analyse pas mal de sujets assez sensibles comme la vie dans un pays très confiné, les camps de redressement, la dictature, l’isolement, etc..

Bref, j’ai passé un très bon moment de lecture et je pense lire les deux volumes suivant de cette trilogie.