la_semaine_ou_jerome_kerviel_a_failli_faire_sauter_le_system

4DeCouv

« Cet ouvrage est une affaire personnelle. Je n’ai demandé la permission à personne avant de le publier. Je n’aurais pas pu laisser l’histoire se terminer sans y apporter ma contribution. » Hugues Le Bret À l’époque de l’affaire Kerviel, Hugues Le Bret était l’un des adjoints de Daniel Bouton, le P.-D.G. de la Société Générale. Le livre commence le dimanche 20 janvier 2008 quand un gouffre s’ouvre sous les pieds des dirigeants de la Générale. Ils apprennent qu’un jeune trader a engagé la signature de la banque pour 50 milliards d’euros. Si l’information « fuite », ce sera la panique. Le système financier mondial peut s’écrouler en quelques heures. L’auteur ne cache rien de la violence des émotions éprouvées. Les caractères se révèlent, les dialogues fusent. Daniel Bouton, Christine Lagarde, Michel Pébereau ( président de BNP Paribas ), Nicolas Sarkozy… Jamais cet éclairage n’avait été donné. Pendant des mois, les grands fauves de la politique et de la banque se déchirent. Certains dirigeants craquent sous la pression, mais la banque sera sauvée. C’est le livre d’un banquier au cœur de l’action et non une enquête de journaliste ou un précis d’économiste. Il se lit d’une traite. Il sonne juste, comme une histoire folle où tout est vrai, hélas.

Mon Avis

Il s’agit d’un livre témoignage, du responsable de la communication de la SOCIETE GENERALE au moment ou a explosé l’affaire Kerviel. Cela permet de vivre cette affaire non pas du côté de la presse ou de l’opinion publique mais de l’intérieur même de la banque, cela a ses avantages comme ces inconvénients dont celui de ne pas toujours être impartial (l’homme défends la banque et n’a pas la moindre complaisance pour Kerviel).
C’est surtout intéressant pour comprendre certains rouage du monde bancaire, et cela permet également de voir qu’on est vraiment pas passé loin d’une énorme catastrophe à l’échelon mondial ! C’est vraiment passionnant et ça remet en perspective que non les banquiers d’affaires ne sont pas les connards que dénoncent les médias et l’opinion publique, mais ils ne sont pas non plus ceux préts a sauver le monde que laisse transparaître l’auteur dans ce livre !
Je vais pas dire que c’est un grand livre, mais j’ai passé un moment interessant ;).
Publicités